5-3-2. Henri Poincaré to Léon Poincaré

[4-5 Juin 1874]

Mon cher papa,

Je t’écris de l’infirmerie ; je n’ai rien qu’un peu mal à la tête et au ventre. Je n’ai pas pu écrire hier parce que j’ai dormi toute la journée. Je ne pourrai probablement pas sortir demain.

Les événements ressemblent assez à ce qu’a raconté Benoît. Rien n’était prémédité. Les élèves se sont rendus à la salle de billard comme de coutume, et ont commencé à taper contre les murs avec les queues et avec les bornes. Alors est arrivé un basoff ; les élèves sont sortis du billard en faisant un seul homme, le basoff s’est mis à rire et le pitaine l’a fait [mot ill.].

Alors une cinquantaine d’élèves se sont couchés sur le sable de manière à écrire ‘‘ Bran pour le Géné ’’ expression dont on peut aisément deviner le sens.

Après cinq minutes de cet exercice, ils sont retournés au billard et ont recommencé le même tapage. Tout à coup on imagine de taper avec les barres sur les tuyaux de poêle, les tuyaux tombent et sont jetés dans la cour. En même temps on casse les carreaux des billards ; puis on s’attaque au poêle lui-même. En un instant il est renversé dans la cour. On fait  un second seul homme devant lequel roule le poêle et dont Lambrecht tient la tête un banc sur les épaules. Puis on veut danser en rond autour du poêle, mais on le renverse et Colson s’occupe à ‘‘ développer l’intr [mot ill.] ’’ c’est-à-dire à achever la démolition.

Les choses en étaient là quand une voix s’élève, les Protchs, et en même temps tout le monde réponds : Les Protchs, brûlons les Protchs. Les Protchs ce sont les théories. On rassemble les bancs, des fenêtres de toutes les salles on voir pleuvoir un ouragan de Protchs. On y met le feu et on commence à danser en rond autour.

À ce moment apparaît le pitaine accompagné de quelques tapins ; le rond se disperse, les cris cessent et on se retire sous le Pütz ; en même temps je vais trouver le pitaine pour lui dire que nous regrettons beaucoup que ces faits se soient passés pendant qu’il était de service et que la manifestation n’est nullement dirigée contre lui.

Presque aussitôt apparaît le colo, et non pas le géné, comme dit Benoît. Il fait arrêter Lambrecht et Colson, fait des menaces et nous fait rentrer en salle. Cinq minutes après il fait un salbinet ; et il nous fait redescendre en cour. En somme il a été très chic.

Le soir le pitaine m’a fait rappeler pour me lire son rapport en me remerciant de la démarche que j’avais faite. Le lendemain on a appris que Lambrecht et Colson avaient 10 jours de prison ; et j’ai écrit au géné pour lui demander de les relâcher et de consigner tout la promoss.

Hier le colo a fait appeler 5 types pour leur donner un [poil ?] et l’affaire s’est bornée là.

AL 2p. En-tête de l’école polytechnique. Collection particulière, 75017 Paris.

Last edit: 8.05.2016