H. Poincaré to Raoul de Saint-Arroman

[mai 1897]

Cher Monsieur,

Je n’ai toujours pas reçu les épreuves du rapport que je vous ai envoyé il y a huit jours et de la note de M. Fénon.

En avez-vous des nouvelles ?

Il faudrait peut-être presser l’imprimeur.

Veuillez agréer l’assurance de mon dévouement le plus sincère.

Poincaré.

ALS 1p. F/17/2921, Archives nationales.

Time-stamp: " 4.05.2019 01:59"