2-9-24. René Blondlot to H. Poincaré

Nancy 1er Décembre 1904

Mon Cher ami,

Je m’aperçois que j’ai omis de vous répondre au sujet de la photographie à l’aide des sulfures. J’ai, en effet, fait là-dessus des essais qui n’ont pas abouti; peut-être n’ai-je pas assez persévéré. La décroissance de la phosphorescence est une grande difficulté. M. Rothé a tenté de s’en affranchir par une méthode ingénieuse, mais il n’est pas affirmatif relativement aux résultats.11Rothé 1904. Edmond Rothé (1873–1942) est maître de conférences de physique à la faculté des sciences de Grenoble. Il devient maître de conférences à la faculté des sciences de Nancy le 27.10.1905, sur le poste de C. Gutton (Procès-verbaux des séances de la faculté des sciences de Nancy 1854–1906, p. 266, Archives de la faculté des sciences).

L’action des rayons N sur le sulfure paraît progressive, mais 75 secondes me semble un temps plus long que ceux que j’ai observés.

Je crois que l’avantage de l’étincelle sur les autres réactifs tient à ce que le régime électrique lui-même est modifié par les rayons N, un peu comme les oscillations Hertziennes le sont par la lumière ultra violette.22À ce propos voir Hertz (1887).

Cordialement à vous

R. Blondlot

ALS 2p. Collection particulière, Paris 75017.

Last edit: 19.03.2015

Références