5-2-1. Henri Poincaré to Eugénie Launois

[Juillet 1876]

Mardi

Ma bonne maman,

Je suis revenu à pied de la gare ; j’ai passé chez Gauthiers Villars pour lui demander le catalogue de ses prix. En revenant je n’ai trouvé ni Gilliot ni Desmurs ; mais peu de temps après sont rentrés Engel et Chrétien et nous sommes partis pour dîner.

Engel monte tout les temps des pics à Chrétien 1 sur la supériorité prônée par Chrétien de Nancy sur Paris 2 sur la terreur qu’il manifeste à l’endroit des voitures. Enfin Chrétien dit : Quand j’étais parisien…Ah il paraît que cela n’a pas été toujours comme cela mais si vous avez maintenant des raisons particulières pour préférer Nancy, ce n’est pas une raison pour nous y forcer nous qui ne sommes pas dans les mêmes conditions.

Cela a duré toute la soirée. Engel m’a donné sa thèse. Ce matin j’ai déjeuné avec Michaut, [Sciama ?] et d’autres cocons.

Ce matin je ne me suis réveillé qu’à 8 heures ; Engel et le garçon ont tambouriné à ma porte pendant une demi heure ; le réveil était arrêté. Je n’ai pas été rat tout de même.

Chrétien a dit qu’il voudrait bien être à la rentrée des facultés. Ils sont en train de composer dans ce moment-ci.

AL 2p. Collection particulière, Paris. C017.

Last edit: 28.09.2014