5-2-1. Henri Poincaré to Eugénie Launois

[Février 1878]

M 

Je n’ai pas pour Dlle d’honneur Mlle Camille mais Mlle Jeanne Trois-Étoiles qui demeure à 40 kilomètres sur la ligne de l’Aigle et que je n’ai pas encore vue.

Samedi soirée chez Me Mouzin. J’y ai vu Me Pierson avec laquelle j’ai coconné tout de suite mais que je ne reconnaissais pas du tout ; je n’ai su qui c’était qu’à la fin de la soirée. C’était un bal costumé ; il y avait une turque, une chinoise, une albanaise (Mlle Mouzin), une Charlotte Corday, une italienne, une pêcheuse de crevettes, une arlequine (Mlle Houdin), une bouquetière (Mlle Jeanne Dietz) et différents fantaisistes. J’ai dansé le cotillon avec la bouquetière.

Hier déj. chez Me Bompard avec M. Poriquet rural et Me Poriquet qui ne vaut ni 17 ni 5 mais bien 12. Je regrette bien de ne pas avoir vu sa soeur.

De là chez Me Dorvault où on prépare les listes d’ordre de voiture et de cortège et de tables. M. Dorvault a agité de nouveau la question des musiciens et du clergé. Élie a dit en sortant que son beau-père serait un bon type à mettre dans un vaudeville. Je suis dans les meilleurs termes avec ledit M. Dorvault qui porte chez lui la calotte traditionnelle des pharmaciens.

AL 2p. Collection particulière, Paris. C093.

Last edit: 28.09.2014