6-1-1305. Tisserand, Poincaré et al. to Armand Fallières

Paris le 7 Mai 1889

Monsieur le Ministre,11endnote: 1 Armand Fallières (1841–1931) fut nommé ministre de l’Instruction publique le 23 février 1889 dans le gouvernement de Pierre Tirard. Il fut élu Président de la République française le 17 janvier 1906.

Permettez-nous d’appeler votre bienveillance sur deux professeurs de faculté, qui sont parmis les plus méritants. M. Souillart de Lille et M. Morin de Rennes.22endnote: 2 Cyrille Souillart (1828–1898) fut professeur de mathématiques élémentaires et spéciales au Lycée de Nancy de 1867 à 1874, lorsqu’il fut nommé à la chaire de mécanique rationnelle et appliquée à la Faculté des sciences de Lille. A partir de 1887, Souillart occupait la chaire d’astronomie, nouvellement créée à Lille (Véron 2016). Il fut élu Correspondant pour la section d’astronomie à l’Académie des sciences de Paris le 10 mai 1898 (Institut de France, 1968, 510). Paul Morin (1834–1902) fut nommé chargé de cours de mécanique rationnelle et appliquée à la Faculté des sciences de Marseille en 1869 (Bulletin administratif de l’instruction publique, 1869, 275). En 1877, Morin fut nommé professeur de mathématiques appliquées à la Faculté des sciences de Rennes (Bulletin administratif de l’instruction publique, 1877, 192). Ils apportent depuis plusieurs années un concours précieux et désintéressé à la réimpression des Œuvres de Laplace et de Fourier; on leur doit d’ailleurs des travaux originaux importants, en Mécanique Céleste et en Physique Mathématique.33endnote: 3 L’Académie des sciences de Paris a entrepris la réédition des Œuvres de Laplace dans les années 1870, quatre décennies après la première édition (Secrétaires perpétuels 1843, 1878). Poincaré s’est investi dans ce projet d’édition, réalisé avec l’aide de Souillart, et de l’astronome Auguste Lebeuf, qui fut responsable des tomes 13 et 14. Le travail de Lebeuf fut l’occasion d’une correspondance soutenue avec Poincaré. L’Académie des sciences a également entrepris l’édition des Œuvres de Fourier, en deux tomes (Darboux 1888, 1890). Gaston Darboux, dans l’avant-propos du premier tome, remercie Paul Morin de l’aide apportée dans les tâches de l’édition, dont la correction des erreurs de renvoi, de notation, et d’impression.

Nous serions heureux, monsieur le Ministre, si à l’occasion de l’Exposition Universelle, vous pouviez les nommer chevaliers de la légion d’honneur.

Nous insistons plus particulièrement pour M. Souillart : son mérite scientifique a été reconnu par l’Académie qui lui a donné deux de ses prix.44endnote: 4 Souillart fut lauréat du prix Lalande en 1882, et du prix Damoiseau en 1886, les deux fois pour ses contributions à la théorie des satellites de Jupiter (Gauja 1917, 18, 207). M. Souillart a en outre de longs et excellents états de service dans l’Université.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’assurance de nos sentiments respectueux.

Joseph Bertrand

Gaston Darboux

Joseph Boussinesq

Maurice Lévy

Charles Hermite

Henri Poincaré

E. De Jonquières

Charles Wolf

Maurice Lœwy

Émile Sarrau

[une signature illisible]

ALSX 1p. F17 21741, Archives nationales françaises.

Time-stamp: "26.06.2020 21:09"

Notes

  • 1 Armand Fallières (1841–1931) fut nommé ministre de l’Instruction publique le 23 février 1889 dans le gouvernement de Pierre Tirard. Il fut élu Président de la République française le 17 janvier 1906.
  • 2 Cyrille Souillart (1828–1898) fut professeur de mathématiques élémentaires et spéciales au Lycée de Nancy de 1867 à 1874, lorsqu’il fut nommé à la chaire de mécanique rationnelle et appliquée à la Faculté des sciences de Lille. A partir de 1887, Souillart occupait la chaire d’astronomie, nouvellement créée à Lille (Véron 2016). Il fut élu Correspondant pour la section d’astronomie à l’Académie des sciences de Paris le 10 mai 1898 (Institut de France, 1968, 510). Paul Morin (1834–1902) fut nommé chargé de cours de mécanique rationnelle et appliquée à la Faculté des sciences de Marseille en 1869 (Bulletin administratif de l’instruction publique, 1869, 275). En 1877, Morin fut nommé professeur de mathématiques appliquées à la Faculté des sciences de Rennes (Bulletin administratif de l’instruction publique, 1877, 192).
  • 3 L’Académie des sciences de Paris a entrepris la réédition des Œuvres de Laplace dans les années 1870, quatre décennies après la première édition (Secrétaires perpétuels 1843, 1878). Poincaré s’est investi dans ce projet d’édition, réalisé avec l’aide de Souillart, et de l’astronome Auguste Lebeuf, qui fut responsable des tomes 13 et 14. Le travail de Lebeuf fut l’occasion d’une correspondance soutenue avec Poincaré. L’Académie des sciences a également entrepris l’édition des Œuvres de Fourier, en deux tomes (Darboux 1888, 1890). Gaston Darboux, dans l’avant-propos du premier tome, remercie Paul Morin de l’aide apportée dans les tâches de l’édition, dont la correction des erreurs de renvoi, de notation, et d’impression.
  • 4 Souillart fut lauréat du prix Lalande en 1882, et du prix Damoiseau en 1886, les deux fois pour ses contributions à la théorie des satellites de Jupiter (Gauja 1917, 18, 207).

Références

  • G. Darboux (Ed.) (1888) Œuvres de Joseph Fourier, volume 1: théorie analytique de la chaleur. Gauthier-Villars, Paris. Link Cited by: endnote 3.
  • G. Darboux (Ed.) (1890) Œuvres de Joseph Fourier, volume 2: mémoires publiés dans divers recueils. Gauthier-Villars, Paris. Link Cited by: endnote 3.
  • P. Gauja (1917) Les fondations de l’Académie des sciences (1881–1915). Impr. de l’Obs. d’Abbadia, Hendaye. Link Cited by: endnote 4.
  • Institut de France (Ed.) (1968) Index biographique des membres et correspondants de l’Académie des sciences. Gauthier-Villars, Paris. Cited by: endnote 2.
  • Secrétaires perpétuels de l’Académie des sciences (Ed.) (1843) Œuvres de Laplace. Imprimerie royale, Paris. Cited by: endnote 3.
  • Secrétaires perpétuels de l’Académie des sciences (Ed.) (1878) Œuvres complètes de Laplace. Gauthier-Villars, Paris. Cited by: endnote 3.
  • P. Véron, M. Véron, and S. Ilovaisky (2016) Dictionnaire des astronomes français (1850–1950). Unpublished typescript, St. Michel l’Observatoire. Link Cited by: endnote 2.