5-2-4. Henri Poincaré to Eugénie Launois

Molde, 11/7/78

Je t’ai laissée à Jerkin.11Hjerkinn. Le 1er hôtel du monde est bien supérieur à ses congénères du Dovre. Le Snoehaetta22Snøhetta. est beau vu un peu avant Jerkin ; mais après on est presque aussi haut que lui et il semble tout rabougri. Coucher le soir à Dombaas33Dombås.; belle vue ; de là le lendemain matin départ pour le Romsdal ; comme on m’en avait prévenu l’Obergulbrandsdal (?) n’est pas beau excepté ce qu’on voit immédt après Dombaas. Entre Dombaas et (1 nom illisible) je fais connaissance d’une famille norvégienne composée de deux maris et de deux femmes. Le temps fort beau le matin se couvrait peu à peu et à peine étions nous arrivés à Staeflaaten qu’il se mit à pleuvoir. Le lendemain matin le temps s’était levé et bien que le ciel fut tout à fait couvert, les nuages devaient être très hauts car ils dépassaient les montagnes.

La même temps continua jusqu’à midi. A partir de midi il fit du soleil. Nous vîmes aussi fort bas le Romsdal. Le Romsdal comprenant fort bien qu’il ne pouvait lutter avec la Suisse pour les h. montagnes a eu l’esprit de choisir un genre tout différent. Vers midi nous arrivâmes à l’hôtel Aak (?) et nous en repartîmes vers 6h pour Veblungsnoes44Veblungsnes. (3/4 h environ). Veblungsnoes est une ville (de 25 maisons) très militaire et l’armée norvégienne n’a pas cessé d’y faire des démonstrn jusqu’à 11h du soir. Aujourd’hui vendredi de Veblungsnoes à Molde en bateau 6h à midi. Il se met à pleuvoir très fort. Je continue à causer avec mes Norvégiens j’essaye aussi de causer avec le gros Monsieur de la diligence mais comme je lui dis qq chose en Allemand il jette un regard suppliant sur son fils qui est censé savoir une masse de langues étrangères, son appel reste sans réponse. Aujourd’hui j’ai quitté mes Norvégiens pour les retrouver demain à Aalesund.55Ålesund. On ne m’a pas encore servi de soupe de carbure, les menus sont peu variés mais n’offrent rien d’extraordinaire. Cp. pour la 1re f[ois] auj[ourd’hui] à Molde on nous sert qq chose qui a un goût bizarre. Je fais une grimace qui fait bien rire la femme du gros M. de la diligence. Je lui demande en anglais avec quoi c’est fait et il jette sur son fils un regard suppliant q reste encore sans réponse. Mais un Ecossais q était à côté de moi me dit que c’est un mélange de poisson, de sucre et de vinaigre. Ecris à Kongsberg hôtel Scandinavian.

AL 4p. Collection particulière, Paris 75017.

Time-stamp: "25.05.2017 00:02"