Émile Ollivier to H. Poincaré

11 mars 1908

Cher Confrère,

Ma consolation de n’avoir pu voter pour vous a été la certitude que j’avais de votre succès. Je m’en réjouis pour l’Académie plus que pour vous. Il eut été honteux pour elle de ne pas accueillir avec empressement un homme tel que vous.

Croyez à mes sentiments les plus cordialement confraternels.

Émile Ollivier

ACS. Collection particulière, Paris 75017.

Time-stamp: " 4.05.2019 02:22"