1. Pellat à Poincaré

Paris, le 12 Mars 1902

Faculté des Sciences de Paris

Laboratoire de Physique Générale–Place de la Sorbonne

Mon cher Collègue,

J’ai vu en parcourant les comptes Rendus que vous étiez intéressé aux actions du champ magnétique sur le flux cathodique, à propos des expériences de Birkeland.11Les expériences de Birkeland sur les rayons cathodiques datent de 1896, époque à laquelle le savant norvégien fait paraître dans les Comptes rendus de l’Académie des sciences de Paris deux notes, dont une présentée par Poincaré (Birkeland 1896, 1898); voir à ce propos (§ 5.3). Ces expériences ont montré que le flux cathodique contient des rayons qui sont déviés différemment par un champ magnétique. Ce phénomène de dispersion produit une sorte de spectre de raies que Birkeland étudia en agissant sur les différentes variables du dispositif expérimental.

Je désirerais beaucoup vous montrer les nouvelles expériences que je viens de faire à ce sujet, qui me paraissent prouver avec toute évidence que la direction des rayons cathodiques suivant les lignes de force du champ magnétique ne peut pas être attribuée à l’enroulement de ces rayons autour des lignes de force. Autrement dit, outre la force électromagnétique agissant sur eux et qui est perpendiculaire aux lignes de force, il existe une autre force agissant sur les rayons cathodiques dans la direction du champ et que j’appelle, faute d’une meilleure dénomination, force magnétique.

Les rayons cathodiques obéissent à la résultante de ces deux forces rectangulaires entre elles. Mais le rapport de la dernière de ces forces à la première augmente rapidement avec l’intensité du champ; de façon que, si dans les champs faibles c’est la force électromagnétique22Variante : ‘‘c’est la force électromotrice’’. qui a une action prépondérante, dans les champs intenses c’est au contraire la force magnétique qui est seule sensible et dirige le flux cathodique dans le tube de force ayant pour base la cathode. C’est l’étude de ce qui se passe dans les champs intermédiaires, où les deux forces ont des intensités comparables, qui montre nettement l’existence de la force magnétique.

Je compte présenter Lundi prochain une note à l’Académie sur ce sujet.33La note de Pellat (1902b) fut présentée par Lippmann le 24.03.1902. Sans parler de force magnétique, Pellat chercha à distinguer le phénomène observé de celui décrit par Birkeland et analysé par Poincaré (Birkeland 1896, 1898; Poincaré 1896). Il a introduit la notion d’un frottement anisotrope pour les particules constituant les rayons cathodiques. Par la suite, Pellat parlera de ‘‘magnétofriction’’ (Pellat 1902a). Je serais heureux si vous pouviez voir auparavant mes expériences. Ayez l’obligeance de me prévenir de l’heure et du jour qui vous conviennent (en excluant le Jeudi et le Vendredi) pour que je puisse préparer les expériences.

Veuillez agréer, mon cher collègue, l’expression des mes meilleurs sentiments.

H. Pellat

TLS 3p. Collection particulière, Paris 75017.

Time-stamp: "17.05.2017 11:43"

Références

  • K. Birkeland (1896) Sur un spectre des rayons cathodiques. Comptes rendus hebdomadaires de l’Académie des sciences de Paris 123, pp. 492–495. External Links: Link Cited by: 1, 1.
  • K. Birkeland (1898) Sur le spectre des rayons cathodiques. Comptes rendus hebdomadaires de l’Académie des sciences de Paris 126, pp. 228. External Links: Link Cited by: 1, 1.
  • H. Pellat (1902a) Étude de la magnétofriction du faisceau anodique. Comptes rendus hebdomadaires de l’Académie des sciences de Paris 135, pp. 1321–1324. External Links: Link Cited by: 1.
  • H. Pellat (1902b) Tubes de force d’un champ magnétique rendus visibles par les rayons cathodiques. Comptes rendus hebdomadaires de l’Académie des sciences de Paris 134, pp. 352–355. External Links: Link Cited by: 1.
  • H. Poincaré (1896) Remarques sur une expérience de M. Birkeland. Comptes rendus hebdomadaires de l’Académie des sciences de Paris 123, pp. 530–533. External Links: Link Cited by: 1.