2-48-11. Alfred Potier to H. Poincaré

[Ca. 04.12.1900–13.01.1901]11Le manuscrit comporte des annotations en crayon de main inconnue, avec des instructions de mise en page.

Mon cher confrère,

J’admets

u=dfdt+ϱξ+(Yz-Zy)=Φt

dans un diélectrique j’admets

u=p

dans un métal.

J’y ajoute l’équation de liaison

(u+mv+nw)=ft+mgt+nht

sur la surface de séparation.

Ceci mène par le disque à u=v=w=0 dans le disque, les curls de X Y Z nuls partout dans le diélectrique [*] avec ϱξ=0dfdt=0 et Φt=0 enfin les valeurs de α β γ sont

α+4πX=0β+4πY=0γ+4πZ=0

dans tous les diélectriques fixes ou mobiles, et α=β=γ=0 dans le disque, je crois, excusez moi de ne pas refaire les calculs pour le chapelet et l’influence de la paroi qui agit indirectement en changeant les valeurs de f, g, h dans l’espace balayé par le chapelet, où ils sont périodiques, mais avec

ftgtht

toujours de même signe, à cause des discontinuités; mais je viens de passer par deux jours de crise qui m’ont épuisé.22Potier était très malade depuis 1892. Poincaré en parle dans sa notice (Poincaré 1905) : “Douze ans, il fut étendu sur un lit ou sur un fauteuil, privé de l’usage de ses membres et souvent torturé par la douleur.”.

Votre bien dévoué,

A. Potier

[*] sauf la couche de passage

ALS 2p. Collection particulière, Paris 75017. Transcrite dans Poincaré & Potier (1902, 89), et rééditée par Petiau (1954, 430–431).

Time-stamp: "25.08.2014 01:19"

Références