4-91-2. H. Poincaré to Léon Walras

[Ca. 14.09.1901]11endnote: 1 Le manuscrit porte une annotation de Walras : “Arromanches, Calvados – Reçue le 16 7bre 1901 – L.W.”.

Monsieur,

Je vous remercie beaucoup de l’envoi que vous avez bien voulu me faire. Dès que je serai de retour à Paris, je lirai votre ouvrage et je vous dirai ce que j’en pense.22endnote: 2 Walras a envoyé à Poincaré un exemplaire de son ouvrage Éléments d’économie politique pure ou théorie de la richesse sociale (Walras 1900); voir sa lettre du 10 septembre, 1901 (§ 4-91-1). À priori, je ne suis pas hostile à l’application des mathématiques aux sciences économiques,33endnote: 3 Variante : “hostile à l’application des mathématiques aux sciences mathématiques économiques, pourvu que … ”. pourvu qu’on ne sorte pas de certaines limites, et je sais déjà que vos efforts dans ce sens vous ont conduit à des résultats intéressants.44endnote: 4 Parmi les contributions de Walras qui ont retenu l’attention des mathématiciens, on peut mentionner la “loi de Walras”, et sa formulation du processus d’ajustement de prix, le “tâtonnement”; toutes les deux figurent dans ses Éléments d’économie politique pure (Walras, 1874). Quant à Walras, il cherchera à engager Poincaré au sujet de la théorie cardinale de l’utilité; voir, à ce sujet, Walras à Poincaré, 26.09.1901 (§ 4-91-3), et Jaffé (1977). Pour un survol de la mathématisation de la pensée économique néoclassique, voir Grattan-Guinness (2007, 2010).

Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de ma considération distinguée.

Poincare

ALS 1p. IS 1927, Bibliothèque cantonale et universitaire, Lausanne. Publiée dans Jaffé (1965, § 1494, 160–161).

Time-stamp: “ 4.05.2019 00:49”

Notes

  • 1 Le manuscrit porte une annotation de Walras : “Arromanches, Calvados – Reçue le 16 7bre 1901 – L.W.”.
  • 2 Walras a envoyé à Poincaré un exemplaire de son ouvrage Éléments d’économie politique pure ou théorie de la richesse sociale (Walras 1900); voir sa lettre du 10 septembre, 1901 (§ 4-91-1).
  • 3 Variante : “hostile à l’application des mathématiques aux sciences mathématiques économiques, pourvu que … ”.
  • 4 Parmi les contributions de Walras qui ont retenu l’attention des mathématiciens, on peut mentionner la “loi de Walras”, et sa formulation du processus d’ajustement de prix, le “tâtonnement”; toutes les deux figurent dans ses Éléments d’économie politique pure (Walras, 1874). Quant à Walras, il cherchera à engager Poincaré au sujet de la théorie cardinale de l’utilité; voir, à ce sujet, Walras à Poincaré, 26.09.1901 (§ 4-91-3), et Jaffé (1977). Pour un survol de la mathématisation de la pensée économique néoclassique, voir Grattan-Guinness (2007, 2010).

Références

  • I. Grattan-Guinness (2007) Equilibrium in mechanics and then in economics, 1860–1920: a good source for analogies?. See Equilibrium in Economics: Scope and Limits, Mosini, pp. 17–44. Cited by: endnote 4.
  • I. Grattan-Guinness (2010) How influential was mechanics in the development of neoclassical economics? A small example of a large question. Journal of the History of Economic Thought 32 (4), pp. 531–581. Cited by: endnote 4.
  • W. Jaffé (Ed.) (1965) Correspondence of Léon Walras and Related Papers, Volume 3. North-Holland, Amsterdam. Cited by: 4-91-2. H. Poincaré to Léon Walras.
  • W. Jaffé (1977) The Walras-Poincaré correspondence on the cardinal measurability of utility. Canadian Journal of Economics 10 (2), pp. 300–307. Link Cited by: endnote 4.
  • V. Mosini (Ed.) (2007) Equilibrium in Economics: Scope and Limits. Routledge, London. Cited by: I. Grattan-Guinness (2007).
  • L. Walras (1874) Éléments d’économie politique pure ou théorie de la richesse sociale. L. Corbaz, Lausanne. Link Cited by: endnote 4.
  • L. Walras (1900) Éléments d’économie politique pure ou théorie de la richesse sociale. F. Pichon, Paris. Cited by: endnote 2.