5-2-5. Henri Poincaré to Eugénie Launois

[Août 1874]

Ma chère maman,

Je ne t’ai encore rien raconté de mes sorties de dimanche, lundi et mercredi. Dimanche j’ai passé ma matinée tant à attendre Élie et Rataboul qu’à faire mes visites. Rataboul avait mes topos visites dans son tiroir et il était sorti sans que j’aie pu le voir. Fort heureusement il était consigné et je n’ai eu qu’à aller chez Mme Rinck et revenir l’attendre. Après cela est venu l’abbé Lagarde vicaire général de Mgr Guibert qui venait préconiser un remède d’une efficacité ϵ pour guérir les entorses, qui était le secret des soeurs je ne sais plus quoi. On venait en voiture ; on vous appliquait un emplâtre et l’on s’en retournait à pied. Toute la communauté était déjà en révolution attendant l’arrivée d’Élie. Élie a fini par ne pas vouloir y aller. M. Rinck a été forcé d’aller remercier la soeur Supérieure. Élie est rentré à 7 heures à l’X. 

Le lendemain était jour de Vincennes. Les anciens y allaient le matin et nous le soir ; nous, nous y allons en tangentei. Nous partîmes à midi et nous allâmes à la Bastille par la rue de la Montagne, des Écoles, Cardinal Lemoine, Bouls, le quai, [mot ill.]. Là on nous fit prendre le chemin de fer jusqu’à St Mandé. Nous fîmes encore un petit chemin jusqu’au polygone et le tir commença. Naturellement j’ai fait 6-0 sur 6 coups ; mais j’ai été épatant sur l’appréciation des distances. Nous ne sommes arrivés à l’X qu’à 7 heures de sorte que nous n’avons eu que 2 h 12 de sortie. Cette sortie n’a d’ailleurs rien offert de particulier. Hier je suis sorti chez Madame Rinck ; j’ai d’abord été chez Madame Vallet au Pavillon de Rohan où rien n’est prêt.

M. Rinck avait été à Arcueil pour assister aux succès du jeune Pauly qu’il remmène en vacances. Nous avons dû le reconduire à la gare. Élie est rentré à 7 h 12. Il ne va toujours pas mieux. Soit ? le temps qu’il a déjà passé à l’infirmerie, ? une constante, ?, celui que M [Fuzier]ii lui a annoncé comme nécessaire à sa guérison, on a la relation ? = ? ? ?, de sorte qu’il n’y a pas de raison pour que cela finisse.

À propos de M. [Fuzier]iii il m’a laïussé à Vincennes sur le livre que papa lui a envoyé ; il m’a dit de le remercier etc. etc.

AL 2p. En-tête de l’École Polytechnique. Collection particulière, 75017 Paris.

Last edit: 8.05.2016