5-2-4. Henri Poincaré to Eugénie Launois

[Février 1875]

Ma chère maman,

Je suis sorti avant-hier ; j’ai d’abord été retenir mes places pour dimanche et pour aujourd’hui. Je n’ai pas trouvé de place à l’Op pour aujourd’hui ; on jouait la Juive ; j’ai été ensuite chez Madame Rinck où j’ai vu M. Alfred Rinck et M. Ferdinand Dietz fort fatigué de tous ses succès à Nancy. Aussitôt s’est engagée une grande bataille sur les timbres postes ; chacun des combattants se prétend plus riche que l’autre ; la victoire est enfin restée à M. Rinck qui avait le rare bonheur de posséder un timbre de 5 centimes tandis que M. Dietz n’en avait que de 5 centimes. De tout le champ de bataille il n’est resté à M. Dietz que l’île de Ceylan. J’ai été le soir au Palais Royal voir la Boule. Quant aux gâteaux, tu ne risques absolument que de te faire renvoyer ton paquet.

AL 1p. En-tête de l’École Polytechnique. Collection particulière, Paris. B41.

Last edit: 28.09.2014