2-5-2. Kristian Birkeland to H. Poincaré

Christiania 9/3 98

Cher Maître,

Je viens de rentrer à Christiania après qu’il m’est arrivé un terrible malheur sur les montagnes de Finmarken.11Le Finnmark, région située à l’extrême nord de la Norvège.

Nous y sommes été attaqué à l’improviste d’une tempête formidable à neige, dans laquelle nous avons perdu la route et ont été forcé de coucher en dehors pendant 31 heures dans -35°C et pas plus de 2 km environ de la chaumière dans laquelle nous avons pensé de faire nos observations.22Birkeland a organisé plusieurs expéditions norvégiennes pour l’étude des aurores boréales (1897–1903) (Egeland & Burke 2005). Un de mes camarades, un jeune étudiant, a été gravement offensé par le froid. Il a eu maintenant de la gangrène dans 8 doigts, et demain on va commencer par en amputer les quatres.33Le jeune étudiant, Bjørn Helland-Hansen (1877–1957) a renoncé à une carrière de chirurgien pour devenir océanographe; voir Egeland & Burke (2005, 47). Voir aussi le récit de Birkeland (1899).

Mon père me dit, qu’il est arrivé pendant mon absence une lettre à bord noir de Paris, je suspecte que cette lettre m’est envoyé par vous. On a envoyé la lettre à Bossekop, mais elle doit être disparu, car il m’est impossible de l’avoir.44Bossekop est un petit port près de Alta dans le Finnmark. Si donc vous avez demander quelque chose, il n’est pas ma faute que vous n’avez pas eu de réponse.

Maintenant je vous prie de me vouloir bien donner un conseil dans une question très importante pour moi.

Notre Storting (Chambre des députés) a pensé pendant 2 à 3 ans de voter une nouvelle chaire de physique à notre université, mais la question est toujours remise à cause des différentes difficultées.

Cette année le comité de budget avait proposé la chaire à toutes voix, quand il arrive une lettre de M. A. C. Bjerknes, où il demande une chaire personnelle pour son fils M. V. Bjerknes, professeur à Stockholm pour m’exclure tout simplement de la concurrence.55Carl Anton Bjerknes (1825–1903), professeur de mathématiques appliquées à l’Université de Kristiania.

Heureusement pour moi on ne ferait pas une telle népotisme. Le Storting votera après cette lettre plutôt une chaire personnelle pour moi que pour M. Bjerknes. Mais dans le comité on demande, s’il serait le mieux de remettre encore la question. J’ai été demandé indirectement, et j’ai répondu que non. Il est bien possible que je me trompe, mais je me juge maintenant aussi compétent que M. V. Bjerknes. Si M. Bjerknes va se mettre à la concurrence, il risque, s’il perd, d’être chicané à Stockholm. Moi, si je perds, je risque toute ma carrière, il n’y aura pas de position à prévoir pour moi après ça dans ma patrie.66Birkeland fut nommé à la chaire de physique à Kristiania en 1898; Bjerknes n’y reviendra qu’en 1907.

C’est donc bien parties égales.

Maintenant je parle comme égoïste. Pensez vous que M. Bjerknes va me battre dans la concurrence ? Si vous le pensez, je tacherai de faire obtenir remis la décision du Storting, pour me perfectionner encore.

Recevez, cher Maître, l’assurance de mes sentiments les plus distingués,

Kr. Birkeland

ALS 4p. Collection particulière, Paris 75017.

Time-stamp: "19.04.2014 21:41"

Références