2-9-26. René Blondlot to H. Poincaré

Nancy le 18 Décembre 1904

Mon Cher ami,

Bien que je ne puisse exprimer une opinion dûment motivée sur les expériences de M. Bordier, néanmoins, je n’ai pas grande confiance.11Henri Bordier (1905) propose une méthode objective (la photographie) pour mesurer les variations de la phosphorescence du sulfure de calcium sous l’action des rayons N. Si, comme je le crains, elles ne se vérifient pas, ce sera tant pis pour les rayons N, car on ne manquera pas d’attribuer cet insuccès à la non existence de ces rayons. Aussi me suis-je attaché à améliorer encore la photographie de la petite étincelle. A cet effet, j’ai intercalé dans le circuit induit qui comprend cette étincelle un téléphone à fil gros et court : de cette façon, on peut, pendant l’expérience même, s’assurer si l’étincelle ne s’éteint pas et si elle a été régulière; dans le cas contraire, on rejetterait l’expérience, sans même développer la plaque.

J’ai eu avant hier l’occasion de répéter ces expériences de photographie d’étincelles devant M. P. Chappuis (anciennement du bureau international à Sèvres); elles ont complètement réussi, ce qui l’a d’autant plus frappé que, récemment, il avait vu à Berlin Lummer, qui a constamment échoué.22Pierre Chappuis (1855–1916) et Otto Lummer (1860–1925). Lummer est depuis peu professeur à l’université de Breslau (Wrocław). Ces expériences sont difficiles parce qu’il faut opérer sur une étincelle extrêmement faible, et, néanmoins, capable d’impressionner la plaque photographique. Je crois que, dans le voisinage de la plus petite intensité capable d’impressionner la plaque, celle-ci est extrêmement sensible aux différences d’intensité, et je suis porté à penser que, si l’on portait en abscisses les intensités de la lumière agissant sur la plaque et en ordonnées les intensités des impressions pour un temps de pose déterminé, on aurait une courbe de la forme suivante :33Cette courbe exprime la saturation du film sensible de la plaque photographique.

c’est, du reste, la forme la plus simple de courbe passant par le point A et ayant une asymptote horizontale, conditions données par l’expérience. Cette forme de courbe expliquerait la très grande sensibilité de la méthode photographique pour des étincelles très faibles et le défaut de sensibilité pour des étincelles plus fortes.

Je me cantonne dans la photographie des étincelles, et je crois la position inattaquable. Quant à savoir s’il est opportun que M. J. Becquerel se prête à des expériences de contrôle, je ne puis émettre à ce sujet aucune opinion, & c’est lui le meilleur juge.

Je crains que des expériences de ce genre finissent toujours par échouer, si on les prolonge et si celui qui les fait est fatigué ou mal disposé, mais je ne veux faire partager cette crainte à personne.

J’ai l’intention de faire imprimer bientôt à mes frais la suite de mes recherches, signées de mon nom tout court, demeurant fidèle au devoir de dire toute la vérité sans me laisser arrêter par aucune considération, et dussé-je devenir sur mes vieux jours un « outlaw » scientifique.44Blondlot 1904.

Fidèlement et cordialement à vous,

R. Blondlot

ALS 4p. Collection particulière, Paris 75017.

Time-stamp: "10.08.2014 18:27"

Références