7-3-21. H. Poincaré: Rapport sur la soutenance de thèse de Paul Caubet

Paris 24 Xbre 191011endnote: 1 Calculateur à l’Observatoire de Toulouse, Paul Caubet (1871–1942) soutint à la Faculté des sciences de Paris devant Poincaré, Puiseux, et Andoyer le 24 décembre 1910 une thèse de doctorat ès sciences mathématiques intitulée “Étude des principales inégalités du mouvement de la lune qui dépendent de l’inclinaison” (Caubet 1910). Andoyer rédigea le rapport avant soutenance de la thèse de Caubet, et Puiseux se rallia à son opinion favorable par écrit le 21 juillet, alors que Poincaré rajouta six lignes au rapport d’Andoyer le jour de la soutenance.

Bien que par la nature de ses fonctions, M. Caubet n’ait pu prendre l’habitude de la parole et de l’enseignement, il a montré dans sa soutenance qu’il avait une connaissance solide et approfondie du difficile sujet dont il a entrepris l’étude.22endnote: 2 En tant que calculateur, Caubet n’avait pas l’occasion d’exposer son travail à l’orale devant un auditoire. Par ce genre de remarque, les rapporteurs signalaient souvent que le candidat n’était pas destiné à une carrière académique. Par la suite, Caubet fut nommé aide-astronome (1913) puis astronome adjoint (1919) à l’Observatoire de Toulouse. Il prit sa retraite en 1932 (Véron 2016). D’autre part il a répondu d’une manière très satisfaisante aux questions qui lui ont été posées sur la théorie du potentiel newtonien.33endnote: 3 Le sujet du potentiel newtonien fut abordé par Poincaré dans la chaire de physique mathématique et calcul des probabilités à la Faculté des sciences de Paris lors du premier semestre 1894–1895 (Poincaré, 1899).

Poincaré

ADS 1p. AJ/16/5540, Archives nationales françaises.

Time-stamp: " 9.01.2021 09:36"

Notes

  • 1 Calculateur à l’Observatoire de Toulouse, Paul Caubet (1871–1942) soutint à la Faculté des sciences de Paris devant Poincaré, Puiseux, et Andoyer le 24 décembre 1910 une thèse de doctorat ès sciences mathématiques intitulée “Étude des principales inégalités du mouvement de la lune qui dépendent de l’inclinaison” (Caubet 1910). Andoyer rédigea le rapport avant soutenance de la thèse de Caubet, et Puiseux se rallia à son opinion favorable par écrit le 21 juillet, alors que Poincaré rajouta six lignes au rapport d’Andoyer le jour de la soutenance.
  • 2 En tant que calculateur, Caubet n’avait pas l’occasion d’exposer son travail à l’orale devant un auditoire. Par ce genre de remarque, les rapporteurs signalaient souvent que le candidat n’était pas destiné à une carrière académique. Par la suite, Caubet fut nommé aide-astronome (1913) puis astronome adjoint (1919) à l’Observatoire de Toulouse. Il prit sa retraite en 1932 (Véron 2016).
  • 3 Le sujet du potentiel newtonien fut abordé par Poincaré dans la chaire de physique mathématique et calcul des probabilités à la Faculté des sciences de Paris lors du premier semestre 1894–1895 (Poincaré, 1899).

Références

  • P. Caubet (1910) Étude des principales inégalités du mouvement de la lune qui dépendent de l’inclinaison. Ph.D. Thesis, Faculté des sciences de Paris, Paris. Cited by: endnote 1.
  • H. Poincaré (1899) Théorie du potentiel newtonien. Carré et Naud, Paris. Link Cited by: endnote 3.
  • P. Véron, M. Véron, and S. Ilovaisky (2016) Dictionnaire des astronomes français (1850–1950). Unpublished typescript, St. Michel l’Observatoire. Link Cited by: endnote 2.