2-35-2. H. Poincaré to Gustave Le Bon

[Ca. 28.01.1896]

Résumé d’après les notes prises par by M.-J. Nye d’une ALS 1p.

Poincaré regrette de ne pas pouvoir assister au prochain banquet.11Il s’agit des déjeuners du mercredi organisés par G. Le Bon et Th. Ribot; voir les remarques en tête de chapitre. Nous supposons qu’il s’agit du déjeuner du mercredi 29 janvier, et que ce soit le même que celui évoqué ailleurs par Poincaré (§ 2-35-1). Il ne voit pas d’explication de l’expérience de Le Bon, si ce n’est une diffusion par l’air. Il veut savoir si l’expérience réussit avec un métal ordinaire, si le métal a été préalablement décapé, et la durée de la pose.22Le dispositif expérimental correspond à celui décrit par Le Bon (1896) dans une note communiquée par Arsène d’Arsonval à l’Académie des sciences le 27.01.1896.

Il lui semble qu’il faudrait vérifier si la présence du plomb influence le rayonnement produit en dehors ; et cela d’une manière frappante. Il suggère à Le Bon de faire dépasser un peu du corps radiant sur la plaque en plomb, et lui fait un dessin:

AExPBxQFCDCD corps radiantABEF plaque de Pb

De cette façon, selon Poincaré, on peut comparer l’intensité en P et en Q.

ADX. Nye 34, Archives Henri Poincaré.

Time-stamp: "12.08.2016 02:53"

Références