Henry Mornard to H. Poincaré

Paris (2), le 11 avril 1904.

Henry Mornard

Docteur en Droit

Avocat au Conseil d’État

& à la Cour de Cassation

17, Rue Monsigny

Monsieur,

J’ai reçu votre lettre, et je vous remercie de tout coeur d’avoir bien voulu répondre à ma requête: car je suis dans l’obligation, en ce qui concerne l’affaire Dreyfus, de faire, devant la Cour de Cassation, justice de toutes les insanités qui ont été déversées sur la tête de mon infortuné client.

En ce qui concerne Bertillon et ses coopérateurs anonymes, j’avais pu établir que leur prétendue démonstration était inopérante pour prouver la culpabilité de Dreyfus; mais je ne pouvais avec mes faibles ressources faire ressortir la faiblesse même de l’argumentation scientifique (!) de mes adversaires.

Vous l’avez fait avec votre maîtrise ordinaire. Je vous en suis profondément reconnaissant.

Veuillez agréer, Monsieur, avec mes remerciements, l’assurance de mes sentiments les plus distingués.

Henry Mornard

ALS, 2p. Collection particulière, 75017 Paris.

Time-stamp: " 4.05.2019 02:20"