2-55. Peter Guthrie Tait

Peter Guthrie Tait (1831–1901) commence ses études universitaires en même temps que J.C. Maxwell à l’université d’Édimbourg en 1847. L’année suivante, il les continue à l’université de Cambridge, d’où il sort “senior wrangler” en 1852. Il devient professeur de mathématiques à Queen’s College Belfast, en 1854. Puis en 1860, il revient à Édimbourg, dans la chaire de philosophie naturelle. Il se lie d’amitié avec William Rowan Hamilton, la méthode des quaternions dont il adopte et applique en mécanique des fluides, en s’intéressant surtout aux recherches récentes de Helmholtz sur le mouvement vorticiel (Wirbelbewegung). En 1862, Tait et W. Thomson entament une polémique avec John Tyndall autour de la question de la priorité de découverte du principe de conservation de l’énergie; Tait écrira une histoire de la thermodynamique (1868) qui soutient la priorité de James Joule. Encore avec Thomson, Tait rédige un texte canonique de la physique mathématique, le Treatise on Natural Philosophy (1867).11endnote: 1 À propos de la polémique avec Tyndall, voir Smith & Wise (1989, 343–344).

Dans les années 1870, Tait entreprend des expériences sur le mouvement des anneaux de fumée, qui servent d’inspiration à la théorie des atomes vortex de W. Thomson; il aborde aussi le problème de classification des nœuds. Dans les années 1880, il est le défenseur le plus ardent de la théorie des quaternions, en face des nouvelles méthodes vectorielles d’Oliver Heaviside et de J. Willard Gibbs.22endnote: 2 Epple (1998), Bork (1966), Jungnickel & McCormmach (1986, II, 377). Sur la vie de Tait voir le DSB, et Knott (1911).

L’échange entre Tait et Poincaré commence avec le compte rendu critique par Tait du traité de thermodynamique de Poincaré (§ 2-62-2), publié le 14 janvier 1892, et se déroule dans les pages de Nature jusqu’au 20 mai 1892.

Time-stamp: " 3.05.2019 01:30"

Notes

  • 1 À propos de la polémique avec Tyndall, voir Smith & Wise (1989, 343–344).
  • 2 Epple (1998), Bork (1966), Jungnickel & McCormmach (1986, II, 377). Sur la vie de Tait voir le DSB, et Knott (1911).

Références

  • A. M. Bork (1966) ‘Vectors versus quaternions’ – the letters in Nature. American Journal of Physics 34, pp. 202–211. Cited by: endnote 2.
  • M. Epple (1998) Topology, matter, and space, I: Topological notions in 19th-century natural philosophy. Archive for History of Exact Sciences 52, pp. 297–392. Cited by: endnote 2.
  • C. Jungnickel and R. McCormmach (1986) Intellectual Mastery of Nature: Theoretical Physics from Ohm to Einstein. University of Chicago Press, Chicago. Cited by: endnote 2.
  • C. G. Knott (1911) Life and Scientific Work of Peter Guthrie Tait. Cambridge University Press, Cambridge. Link Cited by: endnote 2.
  • C. Smith and M. N. Wise (1989) Energy and Empire: A Biographical Study of Lord Kelvin. Cambridge University Press, Cambridge. Cited by: endnote 1.
  • P. G. Tait (1868) Sketch of Thermodynamics. Edmonston and Douglas, Edinburgh. Link Cited by: 2-55. Peter Guthrie Tait.
  • W. Thomson and P. G. Tait (1867) Treatise on Natural Philosophy. Clarendon, Oxford. Link Cited by: 2-55. Peter Guthrie Tait.