4-91-5. Léon Walras to H. Poincaré

3 8bre 1901

Les Brayères s/ Clarens, Vaud (Suisse)

Monsieur et Cher Collègue,

Vous m’avez fait le plus vif plaisir en m’expliquant avec l’autorité qui vous appartient que j’étais fondé à représenter les satisfactions des individus par des fonctions, même arbitraires, mais toujours croissantes avec les satisfactions représentées, à la condition d’éliminer ces fonctions comme je le fais effectivement dès que j’en ai déduit les courbes de demande et d’offre avec leur propriétés essentielles. Vous m’avez donné ainsi une sécurité complète en ce qui concerne le point de départ de ma théorie. Si vous trouvez quelque chose à reprendre dans le développement, j’espère que vous serez assez bon pour me le dire.

Quant aux hypothèses, il est bien certain qu’il y faut prendre garde quand on passe de l’abstraction à la réalité. En réalité il y a des frottements dans le mécanisme économique; et d’autre part les hommes ne sont ni parfaitement égoïstes ni parfaitement clairvoyants. Il en résulte que la théorie appliquée de la production de la richesse doit indiquer avec soin ces frottements et conclure à leur suppression aussi complète que possible en vue d’un maximum d’utilité aussi approximatif que possible; et que la théorie morale de la répartition de la richesse doit établir avec soin notre droit de diminuer ou non notre maximum au profit d’autrui, ou notre devoir de chercher un maximum plus parfait dans le développement d’une clairvoyance et non par la substitution d’un mécanisme autoritaire au mécanisme libre de la concurrence. Et c’est ici qu’interviennent les principes d’intérêt social et de justice sociales qui sont, avec ceux de l’économie politique pure, la double base de cette science. J’ai traité ces questions dans mes Etudes d’économie sociale et d’économie politique appliquée.11endnote: 1 Walras 1896, 1898. Pour le cas où vous auriez la curiosité de voir quelle lumière la mathématique, jointe à la philosophie, répandent sur elles, je me permets de vous adresser le bon ci-contre avec lequel vous pourriez faire prendre les deux volumes chez mon éditeur.

Croyez-moi, Monsieur et cher Collègue, votre respectueux et tout dévoué,

Leon Walras

P.S. Je suis à présent, prof. honoraire et rétiré à la compagne à l’adresse indiquée en tête de la présente.

ADftS 3p. IS 1927, Fonds Auguste et Léon Walras, Bibliothèque cantonale et universitaire, Lausanne. Éditée dans Jaffé (1965, § 1498, 167).

Time-stamp: “ 4.05.2019 00:49”

Notes

Références

  • W. Jaffé (Ed.) (1965) Correspondence of Léon Walras and Related Papers, Volume 3. North-Holland, Amsterdam. Cited by: 4-91-5. Léon Walras to H. Poincaré.
  • L. Walras (1896) Études d’économie sociale (théorie de la répartition de la richesse sociale). F. Pichon, Paris. Link Cited by: endnote 1.
  • L. Walras (1898) Études d’économie politique appliquée. F. Pichon, Paris. Cited by: endnote 1.