5-3-3. Henri Poincaré to Léon Poincaré

Paris 7 juin 1874

Mon cher papa,

Je vais beaucoup mieux et je pense sortir après-demain ; le médecin a dit que je me lèverais demain ; j’ai commencé à manger aujourd’hui. M. et Mme Rinck sont venus me voir hier et avant-hier. Mme Rinck est venue seule aujourd’hui. Le géné n’a pas voulu donner la consigne générale. Il est furieux parce qu’il s’aperçoit qu’il flambe les Zn : il avait voulu les faire enlever tous hier au caser. Mais on a été prévenus à temps et on les a tous cachés. Les affaires n’ont donc pas eu de suites graves et elles ne pouvaient pas en avoir pour deux raisons : 1 Les deux élèves pincés avaient des protections. 2 Le géné a une frousse insensée qu’on sache quelque chose au ministère. Quant à moi la seule part que j’ai prise aux affaires, c’est mon dévissage à Richard pour lui dire que la manifestation n’était pas dirigée contre lui. 

Pour le moment, je bouquine toute la journée. Je n’ai rien à faire et je vais n’avoir rien à faire une fois sorti d’ici pendant 8 jours environ.

AL 2p. En-tête de l’école polytechnique. Collection particulière, 75017 Paris.

Last edit: 8.05.2016