3-3. Marcel Bertrand

Marcel Bertrand (1847–1907) fut le fils du mathématicien Joseph Bertrand (1822–1900), le neveu du mathématicien Charles Hermite (1822–1901), et le gendre du physicien Élie Mascart (1837–1908). Il entra à l’École polytechnique en 1867, et à la sortie intégra l’École des mines. En tant qu’ingénieur des mines, Marcel Bertrand fut chargé du sous-arrondissement minéralogique de Vesoul (Haute-Saône), puis du contrôle de l’exploitation des chemins de fer de l’Est. En 1878, il devint ingénieur du Service de la carte géologique détaillée de la France, et en 1886 il fut promu ingénieur en chef des mines, et nommé professeur de géologie à l’École des Mines de Paris.

Marcel Bertrand fut vice-président de la Société géologique de France en 1886, puis président en 1891. Il fut élu à l’Académie des sciences de Paris, section de minéralogie, en 1896 (Académie des sciences 1968, 46). Il voulait reconstituer l’histoire des chaînes de montagnes et des zones de plissement, et ses travaux l’ont mis en tête de l’École orogénique et tectonique française (Kilian & Révil 1908).

La lettre de Marcel Bertrand à Poincaré reprend deux notes présentéperénique et tectonique française (Kilian & Révi;3" D"29 janux r physic19 fs="rx r du mv id="Sx1.p2" class="ltx_pa4a">

La lettre de MarTime-ste c id="Sx1.p2" /ralogiex1" class="ltx_icea">

3-3.

< ass=ice_bookSx1" prançaise (Kilian & Révi;3"(Ed.)Il 46))iptp1" pue des membres et correspondants de l’Académie des sciences" class="ltx_refiptpiv itp1" p, vi;3iptpiv itp1" p d">Cv> d by:/viaf.org/#tx_para"r la virand id="Sx1.p2