3-6-1. Robert Bourgeois to H. Poincaré

Paris, le 4 Juin 1902

République Française – Ministère de la Guerre

État-Major de l’Armée – Service Géographique

140, Rue de Grenelle – Section de Géodésie

Monsieur et Cher Camarade,

Je connais par les Comptes rendus de l’Académie (1897), l’appareil de M. Brillouin.11Marcel Brillouin 1897. Tout y repose, au fond, sur l’invariabilité de la marche du Chronomètre, chose difficile à réaliser en Équateur, avec un chronomètre que l’on transporte, et qui certainement changera fréquemment de marche; il faudra donc toujours emporter avec soi de quoi faire une station astronomique.22Sur l’expédition française à Quito, voir Galison (2003, 191) et Schiavon (2006).

D’autre part, j’ai étudié ces temps derniers avec M. Blumbach, astronome russe venu à Paris avec M. Mendeleif pour y déterminer l’intensité de la pesanteur, l’appareil von Sterneck.33Dmitri I. Mendeleev (1834–1907) a perfectionné la table périodique des éléments. Il fut professeur de chimie à St. Pétersbourg jusqu’en 1890; en 1893, il prit la direction du Bureau des poids et mesures de cette même ville. Fedor Ivanovič Blumbach fut employé comme inspecteur à ce même Bureau en 1905, selon Strobel (1905). J’ai été amené à conclure que cet instrument, avec tous ses accessoires, était aussi lourd que le pendule relatif de Defforges; il est de plus beaucoup plus délicat, et la méthode d’observation me paraît moins simple et moins bonne que la notre. De plus il faut toujours aussi emporter une horloge et en déterminer la marche.

De tout cela résulte que la meilleure solution consistera probablement à opérer avec ce que nous avons, quitte à remplacer la machine pneumatique, le cas échéant, par une pompe à main, et à faire un vide moins parfait, et à employer le cercle méridien le plus portatif que nous pourrons trouver, en subdivisant les colis le plus possible.44À propos des mesures d’intensité de la pesanteur et l’installation d’une station d’observation, voir Schiavon (2014, § 2).

J’écrirai à M. Brillouin pour voir son appareil lundi ou mardi prochain, et vous ferai savoir par le Général Bassot, ce que j’en penserai après l’avoir vu, au point de vue spécial de nos opérations en Équateur.55Le général Léon Bassot, membre de la section de géographie et navigation de l’Académie des Sciences et de la commission académique qui suit les travaux de mesure d’un arc de méridien en Amérique du Sud, est le directeur du Service géographique de l’armée (Schiavon 2014, § 2).

Agréez, Monsieur et Cher Camarade, l’assurance de mon respect.

R. Bourgeois

ALS 3p. Collection particulière, Paris 75017.

Time-stamp: "27.01.2016 02:15"

Références