2-55-5. H. Poincaré to Peter Guthrie Tait

[Ca. 05.1892]11Lettre à la rédaction de Nature, publiée le 26.05.1892.

Rentrant à Paris après une assez longue absence, je prend seulement connaissance de la dernière lettre de M. Tait. Je ne veux pas continuer une discussion qui ne saurait se prolonger sans dégénérer en une simple logomachie. Il résulte en effet des débats que M. Tait n’attribue pas le même sens que moi à certaines expressions, et en particulier au mot force électromotrice. Il me semble seulement, puisque c’était mon livre qu’il critiquait, que c’était à lui d’adopter mon langage, qui est d’ailleurs celui de tout le monde. Je m’arrêterai donc là, quoiqu’il arrive.22Il s’agit bien de la dernière lettre de Poincaré qui sera publiée à propos de la critique de Tait, dont la dernière lettre est publiée en même temps que celle-ci (§ 55.7). Tait envoie également une lettre à Poincaré (§ 55.6).

Je suis pourtant obligé d’insister sur un point, parce que je ne veux pas laisser suspecter ma bonne foi. M. Tait a écrit “Nothing is said, in this connection, about Joule’s experiments.” En ne tenant pas compte de ces mots “in this connection,” j’aurais dénaturé sa pensée. Ces mots ne m’avaient pas échappé. Ils signifient, si je ne me trompe : “dans ses rapports avec la détermination de la température absolue.” Et c’est pourquoi, après avoir rappelé que j’avais décrit ces expériences à la page 164, j’ai ajouté que j’avais expliqué à la page 169 comment elles permettent de déterminer la température absolue.

Poincaré

PrTL. Poincaré 1892, réédité dans Petiau, dir., 1954, 236–237.

Last edit: 19.03.2015

Références