2-58-12. H. Poincaré to Vito Volterra

[Ca. mai-juin 1908]

Mon cher ami,

Je viens vous demander un service. Le professeur Mazzoni n’a pas voulu accepter d’honoraires et je voudrais lui envoyer un petit souvenir.11Le professeur Mazzoni a soigné Poincaré à Rome suite au malaise de ce dernier pendant le congrès des mathématiciens; voir les lettres de Poincaré à Volterra §§ 2-58-10, 2-58-11. Malheureusement je ne sais rien de sa vie et de ses goûts et je suis un peu embarrassé pour le choix.

Pourriez-vous me donner quelques renseignements. Et d’abord a-t-il chez lui la lumière électrique ? Dans le cas de l’affirmative j’aurais peut être une idée qui conviendrait assez.

Est-il marié ? Reçoit-il beaucoup ? Enfin si vous pouviez me tirer d’embarras sur toutes ses questions, je vous en serais très reconnaissant.

Je vous remercie beaucoup de toutes les amabilités que vous avez eues pour moi pendant mon séjour.

Je suis maintenant complètement remis.

Veuillez, mon cher ami, présenter à Madame Volterra les compliments de ma femme et mes respectueux hommages et croire à mon sincère dévouement,22Il s’agit de Virginia Almagià, épouse de Volterra depuis 1900 (Whittaker 1941, 693), et de Louise Poincaré, épouse d’Henri Poincaré.

Poincaré

ALS 2p. S. 1, fasc. 1060, Archivio Volterra, Accademia Nazionale dei Lincei.

Time-stamp: "11.08.2016 03:15"

Références