3-47-57. Louis Ferdinand Cruls to H. Poincaré

[Ca. late 1902]

J’ai l’honneur de vous envoyer, par ce même courrier, deux exemplaires de mon Rapport, adressé au Ministre des Affaires Étrangères, sur l’exploration et la détermination des coordonnées géographiques, de la principale source du rio Javary, affluent de la rive droite de l’Amazone, et limite commune entre le Brésil, le Pérou et la Bolivie.11endnote: 1 The expedition described by Cruls is not unlike the one undertaken by the French, under Poincaré’s scientific guidance, to remeasure an arc of meridian in the vicinity of Quito (Poincaré, 1900).

Cette détermination a été faite par une Commission mixte de limites Brésilio-Bolivienne, nommée par les deux gouvernements, en exécution d’un traité de limites.

Dans ce Rapport, vous trouverez d’abord la narration succincte des principaux événements survenus au cours du voyage, à partir de Rio de Janeiro, jusqu’aux sources du Javary.

Le voyage s’est effectué d’abord en vapeur du Lloyd Brésilien, jusqu’à Manáos, capitale de l’État de l’Amazone, et qui se réalise en 20 jours environ.

A partir de Manáos, nous avons remonté le cours du Solimoes, jusqu’au fort de Tabatinga, situé sur la rive gauche de ce fleuve, à l’aide d’un aviso de la marine de guerre.

A partir de Tabatinga, le même aviso nous a permis de remonter le cours du Javary, dont la confluence avec le Solimoes se trouve à une douzaine de milles à l’est de ce fort, jusqu’à la confluence du Javary avec le Galvez, située à environ 450 milles de l’embouchure du Javary.

La baisse des eaux, qui, à cette époque de l’année, juin 1901, avait atteint son maximum, nous a forcés de continuer la navigation en canots, extrêmement pénible à cause de fréquents échouages, produits par le manque d’eau et les nombreux obstacles qu’à chaque instant il nous fallait vaincre tels que d’énormes troncs d’arbres obstruant la rivière, d’une rive à l’autre.

Partis le 10 juin de la confluence avec le Galvez, ce ne fut que le 2 août que nous arrivâmes dans le voisinage des sources.

L’exploration se poursuivit ensuite par terre et en pleine forêt, et ce ne fut que le 16 août que la Commission mixte arriva à un mille de la source principale; elle y campa jusqu’au 28 août.

Ce séjour fut mis à profit pour déterminer les coordonnées géographiques, pour lesquelles on trouva les valeurs suivantes:

Latitude 7° 655"3 Sud.
Longitude 73°4730"6 O. de Greenw.

Une fois réalisé le but principal de sa mission, la Commission mixte suivit, pour revenir, le même itinéraire qu’elle avait parcouru à l’aller, et était de retour à Rio de Janeiro le 1er novembre, d’où elle était partie le 4 janvier de la même année.

Les mauvaises conditions climatériques de la région parcourue furent cause, pendant le voyage de retour, que le personnel fut douloureusement éprouvé; les fièvres, le terrible béri-béri, nous enlevèrent, notamment, l’un des membres de la mission brésilienne, le capitaine de frégate Carlos Accioli, le capitaine du contingent militaire, et une vingtaine d’hommes faisant partie de ce contingent ainsi que de l’équipage de l’aviso. Le chef de la Mission lui-même fut atteint d’un violent accès de fièvre qui lui fut presque fatal.

Le rapport contient ensuite une description sommaire du cours extrêmement sinueux du rio Javary, ainsi que l’indication de ses principaux affluents des deux rives, péruvienne et brésilienne.

Après quelques mots concernant le climat de la région et les Indiens qui l’habitent, suit l’exposition détaillée de la détermination des coordonnées géographiques, réalisée au cours de l’expédition, notamment celles de Tabatinga, de la confluence du Galvez et du Jaquiraua (ou alto-Javary) et de la source principale du Javary; les résultats isolés obtenus par chacune des commissions brésilienne et bolivienne, et leur moyenne.

Parmi les documents annexés au Rapport figure, entre autres, une intimation adressée par le Sous-Préfet péruvien d’Iquitos, aux chefs de la Commission mixte, basée sur l’interprétation de traités de limites, dont l’exposition sortirait du cadre restreint de cette courte Notice.

PTrL. Cruls (1903).

Time-stamp: "13.08.2022 13:34"

Notes

  • 1 The expedition described by Cruls is not unlike the one undertaken by the French, under Poincaré’s scientific guidance, to remeasure an arc of meridian in the vicinity of Quito (Poincaré, 1900).

Références

  • L. F. Cruls (1903) Lettre de M. Cruls à M. Poincaré. Bulletin astronomique 20 (1), pp. 16–18. Link Cited by: 3-47-57. Louis Ferdinand Cruls to H. Poincaré.
  • H. Poincaré (1900) Rapport sur le projet de révision de l’arc méridien de Quito. Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences de Paris 131, pp. 215–236. Link Cited by: endnote 1.