2-4. Henri Becquerel

Henri Becquerel (1852–1908) est le fils d’Edmond Becquerel,11Edmond Becquerel (1820–1891), physicien et directeur du Muséum d’histoire Naturelle. et petit-fils d’Antoine Becquerel.22Antoine Becquerel (1788–1878), physicien et professeur au Muséum d’histoire naturelle. Ancien élève de l’École polytechnique, ingénieur des ponts et chaussées, c’est au Muséum que Becquerel effectue ses recherches : de 1875 à 1882 sur l’optique (rotation du plan de polarisation de la lumière soumise à des champs magnétique), en 1883 sur les spectres infrarouges et de 1886 à 1888 sur l’absorption de la lumière par les cristaux. Il étudie la dépendance de l’absorption en fonction du plan de polarisation de la lumière incidente et de sa direction de propagation à travers le cristal. Il obtient son doctorat sur ce sujet en 1888. Élu à l’Académie des Sciences le 7 mai 1889, il succède à son père comme professeur au Muséum et au conservatoire national des arts et métiers, ainsi qu’à Alfred Potier, en 1891, dans l’enseignement que ce dernier dispensait à l’École polytechnique, avant d’occuper sa chaire lorsque Potier prend sa retraite en 1895.33Sur la carrière de H. Becquerel voir le DSB et Lemartin de Raspide (2002).

En 1896, il apprend de Poincaré la découverte des rayons X par W.C. Röntgen, et découvre la même année ce qu’on appellera la radioactivité. Selon Poincaré, son hypothèse à propos de l’origine des rayons X, qui devaient accompagner la luminescence produite par l’impact des rayons cathodiques sur une substance (Poincaré 1896, 1897), a amené Becquerel à découvrir la radioactivité des sels d’uranium (émission de rayons X et luminescence, même en l’absence d’excitation par les rayons ultraviolets de la lumière solaire); voir Poincaré, ‘‘Mes principaux ouvrages relatifs à la physique’’ (§ 2-62-18). Mais selon Becquerel (1903, 3), c’est lui-même qui a donné l’idée à Poincaré. En janvier 1903, Poincaré et ses collègues proposent Becquerel et Pierre Curie pour le prix Nobel de physique (voir § 62), qui leur est décerné par l’Académie royale suédoise des sciences, ainsi qu’à Marie Curie.

Time-stamp: " 4.09.2016 00:23"

Références

  • H. Becquerel (1903) Recherches sur une propriété nouvelle de la matière : activité radiante spontanée ou radioactivité de la matière. Firmin-Didot, Paris. External Links: Link Cited by: 2-4. Henri Becquerel.
  • S. Lemartin de Raspide (2002) Les Becquerel ou le devoir de transmettre. Harmatton, Paris. Cited by: 2-4. Henri Becquerel.
  • H. Poincaré (1896) Les rayons cathodiques et les rayons Röntgen. Revue générale des sciences pures et appliquées 7, pp. 52–59. External Links: Link Cited by: 2-4. Henri Becquerel.
  • H. Poincaré (1897) Les rayons cathodiques et les rayons Röntgen. Annuaire du Bureau des longitudes, pp. D1–D35. Cited by: 2-4. Henri Becquerel.