3-1. Oscar Backlund

Oscar Backlund (1846–1916) fit ses études à Uppsala. En 1873, il devint l’assistant de Gyldén à l’Observatoire de Stockholm et soutint en 1875 à l’Université d’Uppsala une thèse sur la planète mineure (112) Iphigenia. Il fut embauché comme astronome adjoint en 1876 à l’Observatoire de Dorpat, puis en 1879 à l’Observatoire de Poulkovo par Otto Wilhelm Struve. Backlund effectua alors toute sa carrière en Russie et se fit naturaliser russe. Il fut élu à l’Académie de St. Pétersbourg en 1883 et devint en 1895 le directeur de l’Observatoire de Poulkovo, qu’il dirigea jusqu’à sa mort. Pendant son mandat, l’Observatoire connaît un développement sans précédent (augmentation du personnel, achat de matériel, création d’antennes, politique d’accueil de jeunes astronomes).

Ses travaux scientifiques concernent la mécanique céleste; il poursuit en particulier les travaux de Johann Encke et Friedrich von Asten concernant la trajectoire de la comète de Encke (1786 I). En tant qu’astronome de renom et directeur d’un des plus importants observatoires, il participa à de nombreux congrès et commissions. Backlund fut élu membre correspondant de l’Académie des sciences de Paris en 1895, et il fut nommé correspondant du Bureau des longitudes en 1904. Il reçoit en 1909 la médaille d’or de la Royal Astronomical Society et en 1914 la médaille Bruce. Sur la vie et les travaux de Backlund, voir Dieke (1970) and Suresh (2007).

La lettre que Backlund envoya à Poincaré en 1901 (§ 3-1-1) répond à sa note parue dans les Comptes rendus de l’Académie des sciences de Paris (Poincaré 1901). Elle voulait défendre une méthode de Gyldén concernant “les séries employées dans les théories des planètes” (Gyldén 1891, 1893a, 1893b). Poincaré a inséré la lettre de Gyldén dans les Comptes rendus (Backlund 1901). Quelques années plus tard, suite à une autre défense de la méthode de Gyldén par l’astronome de Halle, Hugo Buchholz (1903, 1904), Poincaré fit un commentaire très sévère sur la méthode de Gyldén (Poincaré 1904, 1905). Backlund et Poincaré ont eu l’occasion de discuter en personne la méthode de Gyldén lors du Congrès des Arts et de la Science tenu pendant l’exposition universelle à Saint Louis en septembre 1904. Quoi qu’il en soit, la confiance de Backlund dans les méthodes de son maître ne semble pas avoir diminué, puisqu’il a complété, avec l’aide de Karl Sundman et Hugo von Zeipel, le manuscrit du Tome 2 du Traité analytique des orbites absolues que Gyldén n’a pas eu le temps d’achever lui-même (Backlund 1908).

Références

  • O. Backlund (1901) Sur la précession; extrait d’une lettre de M. O. Backlund à M. Poincaré. Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences de Paris 132, pp. 291–292. Link Cited by: 3-1. Oscar Backlund.
  • O. Backlund, K. F. Sundman, and H. v. Zeipel (Eds.) (1908) Hugo Gyldén, Traité analytique des orbites absolues des huit planètes principales, Volume 2: Détermination des inégalites des huit planètes principales dépendant de leurs configurations. F. & G. Beijer, Stockholm. Link Cited by: 3-1. Oscar Backlund.
  • H. Buchholz (1903) Die Gyldén’sche horistische Integrationsmethode des Problems der drei Körper und ihre Convergenz. Nova Acta Leopoldina 81 (3). Link Cited by: 3-1. Oscar Backlund.
  • H. Buchholz (1904) Poincarés Preisarbeit von 1889/90 und Glydéns Forschung über das Problem der drei Körper in ihren Ergebnissen für die Astronomie. Physikalische Zeitschrift 5 (7), pp. 180–186. Link Cited by: 3-1. Oscar Backlund.
  • S. H. Dieke (1970) Backlund, Jöns Oskar. See Dictionary of Scientific Biography, Volume 1: Pierre Abailard–L. S. Berg, Gillispie, pp. 371–372. Cited by: 3-1. Oscar Backlund.
  • C. C. Gillispie (Ed.) (1970) Dictionary of Scientific Biography, Volume 1: Pierre Abailard–L. S. Berg. Charles Scribner’s Sons, New York. Cited by: S. H. Dieke (1970).
  • H. Gyldén (1891) Nouvelles recherches sur les séries employées dans les théories des planètes. Acta mathematica 15, pp. 65–189. Link Cited by: 3-1. Oscar Backlund.
  • H. Gyldén (1893a) Nouvelles recherches sur les séries employées dans les théories des planètes (suite et fin). Acta mathematica 17, pp. 1–168. Link Cited by: 3-1. Oscar Backlund.
  • H. Gyldén (1893b) Traité analytique des orbites absolues des huit planètes principales, Volume 1: Théorie générale des orbites absolues. F. & G. Beijer, Stockholm. Link Cited by: 3-1. Oscar Backlund.
  • T. Hockey (Ed.) (2007) The Biographical Encyclopedia of Astronomers. Springer, New York. Cited by: R. Suresh (2007).
  • H. Poincaré (1901) Sur la théorie de la précession. Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences de Paris 132, pp. 50–55. Link Cited by: 3-1. Oscar Backlund.
  • H. Poincaré (1904) Sur la méthode horistique; observations sur l’article de M. Backlund. Bulletin astronomique 21, pp. 292–295. Link Cited by: 3-1. Oscar Backlund.
  • H. Poincaré (1905) Sur la méthode horistique de Gyldén. Acta mathematica 29 (1), pp. 235–271. Link Cited by: 3-1. Oscar Backlund.
  • R. Suresh (2007) Backlund, Jöns Oskar. See The Biographical Encyclopedia of Astronomers, Hockey, pp. 78–79. Cited by: 3-1. Oscar Backlund.